Les troubles de l’allaitement et l’ostéopathie

Ostéopathie et allaitement

Comment l’ostéopathie peut améliorer l’expérience de l’allaitement?

L’allaitement est le mode d’alimentation inégalé chez le nourrisson. Santé Canada, l’Association canadienne de Pédiatrie ainsi que l’OMS recommandent l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de vie du nourrisson. Ce type d’alimentation est important pour une croissance et un développement optimal chez les nourrissons et les jeunes enfants.

Selon Statistiques Canada,  le choix de l’allaitement exclusif entre 2009 et 2010 au Canada était de 87%. Cette statistique inclut les mères qui ont allaité ou qui ont tenté d’allaiter leur nouveau-né. Au Québec, ce taux est passé de 76 % à 89 % entre 2003 et 2012, rendant la pratique maintenant aussi répandue au Québec que dans le reste du Canada.

Donc, de plus en plus de mères désirent allaiter leur enfant à la naissance. Pour certaines d’entre elles ce choix sera facile à mettre en pratique et pour d’autres, certaines difficultés pourront venir faire entrave à cette décision.

L’allaitement peut être un moment extraordinaire entre maman et bébé, mais dès qu’une problématique s’installe, la situation peut rapidement dégénérer, car l’allaitement se doit d’être rapidement efficace pour une bonne prise de poids du bébé. Souvent, les mères qui vivent des problématiques en lien avec l’allaitement su culpabilisent :

« Je ne produis pas assez de lait, j’ai un mamelon invaginé, mon sein droit est engorgé, j’ai des gerçures, je suis fatiguée et je manque d’énergie, etc. ».

Et si le problème venait du bébé?

À la naissance, des forces de compression sont exercées sur la tête fœtale. Le crâne qui se moule au bassin osseux de la maman peut parfois, lors de certaines naissances recevoir une compression plus grande. Si nous pensons aux accouchements très longs ou très rapides, aux accouchements qui demandent l’utilisation de forceps ou  de ventouse, de naissances par césarienne, de naissances avec présentation atypique ou celles induites par médication.  Les conditions de l’accouchement et l’emploi de certaines techniques médicales nécessaires peuvent  influencer la bonne mobilité de certaines structures et ainsi occasionner des troubles fonctionnels, tel que des problèmes d’allaitement.

Lors de l’accouchement dit normal, le crâne d’un nouveau-né est conçu de façon à pouvoir offrir le maximum d’accommodation à la puissance du travail et le minimum de traumatismes pour le cerveau en croissance.  Lors de l’expulsion complète du bébé, la respiration, les cris, les pleurs et la succion, vont permettre la normalisation des structures osseuses et membraneuses du crâne du nouveau-né.

Alors, en peu de jours, grâce à l’autorégulation du corps, la morphologie et la mobilité se normalisent si tout s’est déroulé de façon normale et adéquate, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.  Lorsque la naissance a été plus difficile, elle peut influencer le développement et la condition générale du nouveau-né.  Les structures qui peuvent être atteintes lors d’une naissance sont nombreuses : le crâne, la région cervicale, la région dorsale, l’articulation temporomandibulaire (mâchoire), le bassin, etc. Toutes ces structures peuvent avoir une influence sur les mécanismes de succion – déglutition et donc influencer l’allaitement.

Le réflexe de succion et de déglutition est les premières fonctions motrices présentes chez le fœtus. Le réflexe de déglutition (avaler) est présent entre la 12e et la 14e semaine de gestation, tandis que le réflexe de succion lui apparait entre la 15e et la 18e semaine. Déjà dans le ventre de maman, le fœtus tète son poing, sa main et son cordon ombilical. Votre bébé s’exerce donc à devenir un champion de l’allaitement très tôt dans sa vie fœtale.

La maturation des mécanismes de la succion et de la déglutition se fait au 5e jour de vie et la coordination entre ces mécanismes se fait grâce à certains nerfs crâniens qui se situent à la base du crâne de votre bébé. Cette région est particulièrement sollicitée lors de l’accouchement et peut ainsi être comprimée et compromettre une bonne activité motrice nécessaire à une bonne succion.

Finalement, la capacité de téter nécessite un bon équilibre respiratoire. Le diaphragme, le muscle de la respiration, est un autre élément clé dans la réussite d’un allaitement adéquat. La respiration du nourrisson et celle de la maman sont primordiales. Alors, mamans, respirez par le nez (ou plutôt à l’aide de votre diaphragme), détendez-vous, des solutions existent pour vous aider à vivre une meilleure expérience d’allaitement. Comme mentionnées précédemment, différentes structures peuvent être restreintes suite à l’accouchement et ainsi être la cause d’un problème d’allaitement.

Ce que l’ostéopathe pourra vérifier lors de son intervention en clinique :

  • La forme du palais;
  • La capacité du nourrisson à ouvrir la bouche;
  • Est-ce que l’ouverture de la bouche se fait de façon symétrique;
  • La présence ou non d’un torticolis;
  • Une restriction de mobilité au niveau cervical;
  • La position pour prendre le sein, est-ce que globalement le bébé semble confortable;
  • La présence d’ankyloglossie : est-il possible que le  frein de la langue soit court ?

Pour permettre une succion et un allaitement plus  efficace, votre ostéopathe pourra aider votre bébé par son intervention en allant traiter les structures suivantes:

  • Les condyles de l’occiput (articulation entre la tête et le cou);
  • La région cervicale;
  • L’ATM (articulation temporomandibulaire ou mâchoire);
  • Les muscles du pourtour de la bouche;
  • Les os de la face;
  • Le bassin et la colonne vertébrale.

De plus, par son intervention globale, l’ostéopathe pourra permettre :

  • La mobilité et la posture adéquate de la tête, du cou et des  épaules;
  • L’énergie du bébé pour avoir la capacité de téter;
  • La possibilité d’être bien dans son corps pour avoir une position confortable lors de l’allaitement.

Cette « remise en route » pourra améliorer la capacité du bébé à téter, à avoir une succion efficace et être capable de déglutir de la bonne façon. Tout en travaillant en collaboration avec votre marraine d’allaitement ou votre consultante en lactation, l’ostéopathe est un des professionnels de la santé qui peut vous aider à vivre l’expérience de l’allaitement de la meilleure façon possible.

Par Julie Robinson| 11 Juin 2018|Catégories: Ostéopathie|
Nom : Julie Robinson
Titre : Ostéopathe, D.O.
Description :

Laissez un commentaire