Douleur chronique et physiothérapie

La douleur chronique

Comment explique-t-on la douleur?

La douleur est un phénomène très complexe sur lequel la communauté scientifique ne cesse d’apprendre. Dans les années 1800, on croyait que la douleur agissait comme mécanisme de protection et d’alerte; Il était convenu que lorsqu’un tissu était endommagé, un signal d’alarme était envoyé au cerveau afin de nous prévenir d’une menace au corps. En effet, dans la majorité des cas, la douleur peut s’expliquer par cette théorie. Cependant, comment peut-on expliquer que certaines personnes souffrent de douleur sans preuve de dommage réel dans le corps, comme les gens ayant un diagnostique de fibromyalgie? À l’inverse, comment explique-t-on l’absence de douleur quand un athlète se blesse gravement, mais poursuit sa compétition sans se rendre compte qu’il est blessé?

Dans les deux exemples, la théorie ci-haut ne tient plus. Il ne semble donc pas toujours nécessaire d’avoir du dommage pour ressentir de la douleur, et le dommage ne mène pas toujours à la sensation de douleur. C’est ce que les chercheurs étudient depuis le 20e siècle.

Nous comprenons mieux aujourd’hui que l’expérience de la douleur est subjective. Grandement influencée par le cerveau, des dizaines de facteurs influencent son intensité, sa durée et les handicaps qu’elle entraîne. Le modèle biopsychosocial aide à comprendre les facteurs pouvant influencer la douleur et la guérison. Le tableau ci-dessous définit les composantes du modèle biopsychosocial.

BioPsychoSocial
Aspects de la biologie qui influencent la santé et la guérison

Âge

Génétique

Stade de guérison (inflammation, prolifération, remodelage)

Sévérité de la blessure

Exercices faits

Tissues atteint (os, tendon, ligament, cartilage, nerf, enveloppe du nerf, etc.)

Santé des tissues avant la blessure

Aspects de la psychologie qui influencent la santé et la guérison

Émotions

Attentes

Peurs

Anxiété, dépression

Catastrophisation (rumination, amplification, impuissance)

Compréhension du concept de la douleur

Kinisiophobie (peur de bouger et peur de la douleur)

Aspects sociaux qui influencent la santé et la guérison

Culture

Classe économique et niveau d’éducation

Niveau d’interactions avec les autres

Réactions des autres

Avantages/ désavantages sociaux relié à la douleur

Modèles

Ce modèle permet aussi d’expliquer pourquoi deux personnes évoluent différemment pour un même diagnostic en physiothérapie.

Prenez par exemple deux personnes du même âge ayant subies toutes les deux une déchirure mineure du muscle quadriceps et suivant le même plan de traitement. Pourquoi une évoluera-t-elle de façon typique avec aucune séquelle significative après 3 mois, alors que l’autre souffrira de douleurs persistantes pendant plus de 3 mois avec des limitations dans les activités de la vie quotidienne? La fibromyalgie, entre autre, est une condition qui cause souvent des limitations en lien avec la douleur persistante.

Dans le cas typique, l’individu passera par trois stades de guérison du quadriceps:

  1. La phase inflammatoire qui durera en moyenne 72 heures, pendant laquelle la douleur sera constante et à son pire
  2. La phase de prolifération, durant laquelle la douleur ne se fera pas sentir au repos, mais sera présente lors du mouvement
  3. La phase de remodelage, durant laquelle le quadriceps reprendra sa force initiale et très peu (ou aucune) douleur ne sera ressentie

Dans le cas de la douleur persistante, bien que la biologie soit très similaire entre chaque individu, certains facteurs psychologiques et sociaux jouent un rôle plus important et dictent la trajectoire de réadaptation, plus que la biologie. Les gens qui vivent avec de la douleur chronique et/ou avec un diagnostic de fibromyalgie doivent sans exception adresser ces facteurs dans leur plan de réadaptation. C’est parfois la clé manquante afin de regagner une participation complète dans les activités de la vie quotidienne. Adresser uniquement la guérison biologique des tissus risque de ne pas permettre à l’individu en question de retrouver une qualité de vie optimale. Si des difficultés psychosociales sont présentes, votre thérapeute se doit de les identifier, de les comprendre et d’intégrer des stratégies pour les surmonter dans votre plan de traitement.

Certes, votre physiothérapeute utilisera des techniques traditionnelles de physio, mais utilisera surtout des outils axés sur la douleur chronique. Souvent, l’appui d’un travailleur social et/ou d’un psychologue peut être grandement bénéfique dans le processus de réadaptation. Dans le cadre d’un plan de traitement pour de la douleur chronique, une équipe multidisciplinaire est fortement recommandée.

Par Melanie Petit| 21 Mars 2019|Catégories: 1. Physiothérapie|
Nom : Melanie Petit
Titre : Physiothérapeute et spécialiste Pilates
Description : Étant gymnaste au niveau national depuis un jeune âge, Melanie a su développer une excellente compréhension du corps humain et du mouvement ainsi que de l’importance de bien bouger. En plus d'utiliser les techniques plus traditionnelles de la physiothérapie, elle adore utiliser le Pilates dans son approche de traitement afin de guérir, mais surtout prévenir les blessures.

Laissez un commentaire